Seat Ibiza SXI

seat-ibiza-sxi-7

Seat Ibiza SXI
1988 – 1993

La Seat Ibiza première mouture fut lancée en avril 1984. Encore sous l’égide du groupe Fiat, cette nouvelle voiture vient compléter l’offre du constructeur espagnol. Pour se faire un nom sur ce segment de marché très concurrencé, Fiat n’a pas lésiné sur les moyens ! Tout est mis en oeuvre (design, châssis et moteur) pour donner le maximum de chances de réussite. Il faudra attendre 1986 pour qu’une variante 5 portes soit disponible. Enfin, le 1er mars 1988, Seat commercialise en France via son importateur Sonauto-Seat la version sportive de la gamme : la Seat Ibiza SXI. En pleine vague GTI, tous les constructeurs tentent de s’engouffrer dans la brèche et surfer sur la vague. Avec son SXI, l’Ibiza ne vient pas jouer avec le haut du panier en 1988 (Peugeot 205 GTI 1,9, Renault Supercinq GT Turbo, Fiat Uno Turbo ie), mais plutôt dans les GTI plus accessibles (VW Golf 90 S, Peugeot 205 Rallye, Citroên AX Sport…). Avec 100 ch tout ronds signés Porsche (excusez du peu !), l’Ibiza SXI n’affolait pas les chronos mais se présentait comme alternative intéressante et séduisante… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Supercinq GT Turbo Raider

renault-supercinq-gt-turbo-raider-4

La Renault Supercinq GT Turbo connait déjà un beau succès commercial , mais c’est avec le pilote Alain Oreille à son volant en groupe N que les succès seront retentissants. Renault profite de cette victoire en coupe du Monde FIA groupe N (dont une victoire absolue dans la saison 89 au Rallye de Côte d’ Ivoire !) pour lancer une série spéciale baptisée Alain Oreille, dans le même esprit que ce qui sera fait plus tard avec la Clio RS et sa F1 Team R27 . En 1990, Renault remporte de nouveau la coupe du Monde FIA groupe N. Un beau doublé que cette série spéciale Oreille fête dignement et sobrement. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Supercinq GT Turbo Oreille

renault-supercinq-gt-turbo-oreille-2

La Renault Supercinq GT Turbo est déjà dans la « course » commerciale chez les GTI avec un certaine bonheur . Même si sa grande rivale, la Peugeot 205 GTI , possède une aura supérieure auprès du public et deux modèles (une 1600 cm3 et une 1900 cm3), la Supercinq GT Turbo possède un petit côté  » bad boy  » et surtout un vrai caractère trempé. Si au départ , lors des phases 1, la présentation extérieure pouvait être assez critiquable avec ses extensions d’ailes et boucliers non peints de la même couleur que la caisse, le caractère sportif de cette petite bombe ne faisait aucun doute. En 1987, le face-lift de la Supercinq GT Turbo, s’il est léger, est réussi et corrige ce qui manquait à cette GTI made in Billancourt. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault 9 Turbo

renault-9-turbo-1

Renault 9 Turbo
1984 – 1989

La Renault 9 est la première des deux formules de compactes chez Renault a avoir été présentée et commercialisée en 1982. Pourtant, c’est la Renault 11 Turbo qui aura la primeur du sport , la Renault 9 devant se contenter de sa variante GTX (avec son 1 721 cm3 moderne et ses arbres à cames en tête). En 1984, soit un an après la 11 Turbo , la 9 ne manque plus de souffle. Enfin ! Et si jamais vous aviez su rester attentifs lors de cette petite histoire, il faut tout de même ajouter que la R9 Turbo profite d’une plastique plus soignée dans les détails que la 11 Turbo avec ses plastiques noirs basiques, et surtout hérite du train arrière à quatre barres inaugurés par la Supercinq GT Turbo et la Renault 11 Turbo Zender. Vous suivez ?… Pas simple cette affaire. Pourtant, malgré toutes ces attentions soignées pour sa version tri-corps, Renault aura bien du mal à la faire sortir d’un anonymat injuste eut égard des qualités de cette micro-berline sportive au caractère entier et à l’efficacité redoutable. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault 11 Turbo

renault-11-turbo-3

Renault 11 Turbo
1983 – 1989

Depuis l’échec de la Renault 14, les décideurs de Billancourt sont quelque peu hésitants, essentiellement sur la direction stylistique que doit prendre le projet L42 qui aboutira à la gamme Renault 11 et Renault 9. On ne sait si la Renault 14 doit plus son échec à un design innovant à l’époque ou surtout selon nous à une communication ratée. Robert Opron, transfuge de chez Citroën en 1977 a toutefois les coudées un peu plus franches par une organisation interne remaniée. Ainsi, il peut mettre en concurrence ses propres designers avec des designers indépendants. Il ne faut pas perdre de vue que dans les recherches de style, un des axes stratégiques majeurs était de prendre le leadership des ventes en Europe occidentale et de disputer cette place à la Volkswagen Golf. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Peugeot 205 Rallye

peugeot-205rallye-1988-4

Peugeot 205 Rallye
1988 – 1991

Entre la Peugeot 205 XS/GT et la première GTI (1,6 115 ch) il restait un trou dans la gamme. La marche était en effet dure à franchir pour certains passionnés pas nécessairement argentés. Le dossier de presse de Peugeot d’alors précise d’ailleurs : « Un nom évocateur, un traité particulier de la carrosserie, un bruit pour amateur de belles mécaniques chantantes, un prix qui ne blessera pas les tirelires ». Mais outre le fait de compléter son offre sportive pour sa 205 de tous les succès (205 Turbo 16, 205 GTI 115, 205 GTI 130, 205 CTI, 205 XS/GT), c’est aussi l’occasion pour Peugeot de mettre sur le marché une voiture qui pourra courir dans la catégorie des moins de 1 300 cm3. Une catégorie qui a connu une belle embellie, avec notamment la « cousine », la Citroën AX Sport. Elles partageront d’ailleurs la même mécanique, bien que la 205 Rallye aura le privilège de la puissance la plus grande. En mars 1988, Peugeot commercialise donc la nouvelle 205 Rallye affichée au prix de 69 800 Francs. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Peugeot 205 GTI 1600 115 ch

peugeot-205-gti-1600-115ch-4

Depuis son lancement en novembre 1982, la Peugeot 205 a transformé la firme se Sochaux ! Transformé et même sauvé du gouffre. Avec l’engagement victorieux de la 205 Turbo 16 en Rallye (groupe B), puis la commercialisation dès mars 1984 de la 205 GTI 105 ch qui va rapidement venir disputer le titre de meilleure GTI de sa catégorie, la Peugeot 205 va confirmer sa success story par un rythme de production sans précédent alors chez Peugeot. C’est bien simple, le 9 décembre 1985 sort des chaînes de production du site de Mulhouse la millionième Peugeot 205, confirmant ainsi son sacré numéro ! Toujours plus fort, le marché français seul « absorbe » 64 exemplaires de 205 GTI en 1983, 19 166 exemplaires en 1984 et 27 000 exemplaires en 1985 (soit près de 12% du volume de Peugeot 205 immatriculées en France !). Loin de ralentir le rythme des nouveautés et évolutions, Peugeot poursuit les nouveautés avec une étape importante le 6 mars 1986 : la commercialisation d’une 205 cabriolet réalisée en collaboration avec Pininfarina, le partenaire historique de Peugeot. Mais en plus de cette version découvrable, Peugeot a écouté les attentes des passionnés qui demandent plus de performances pour la 205 GTI qui est attaquée sur ce point par la tonitruante Supercinq GT Turbo et son 1,4 litres turbo de 115 ch. C’est désormais sur une puissance identique que la 205 GTI peut compter pour lutter avec son moteur atmosphérique contre la R5 GT Turbo . Un gain appréciable pour la petite teigne de Sochaux, mais qui semble encore insuffisant. Ce que le public passionné ne sait alors pas encore, c’est que Peugeot peaufine la mise au point de sa version « ultime » avec la 205 GTI 1,9 litres et son « gros » moteur de 130 ch. Mais cette dernière n’arrivera que fin 1986. En attendant, la 205 GTI est désormais déclinée en deux versions : la 205 GTI 105 ch et la 205 GTI 115 ch. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Toyota Corolla GTi-16 AE92

toyota-corolla-gti-16-ae92-19

La Toyota Corolla , c’est une longue généalogie à succès. Un tel succès que depuis sa première année de commercialisation en 1966, la Corolla a dépassé le cap des 15 millions d’exemplaires produits en juin 1991. Un véritable plébiscite qui consacre une des rares autos mondialiste qui est présente sur tous les continents du globe avec diverses variantes de carrosseries. Dans les années 80, Toyota , comme ses confrères japonais, emboîte le pas des constructeurs automobiles européens et cède aux sirènes de la vague GTI . Un mouvement initié en 1975 par la Golf GTI et qui depuis n’a cessé de croitre et de faire oublier les coupés et cabriolets sportifs. La génération AE82 et AE86 avaient apporté des premiers arguments convaincants même si la presse de l’ époque avait souhaité des châssis plus rigoureux. L’un des points forts étaient leur mécanique très moderne pour l’époque avec une culassedouble arbre à cames à 16 soupapes. Et puis moins de 1000 kg pour 125 ch, les performances étaient à l’avenant. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Volkswagen Golf 2 GTI G60 Rallye

volkswagen-golf-2-gti-g60-rallye-7

Volkswagen souhaite engager sa Golf en compétition en 1990, plus précisément en championnat du monde des rallyes dans le groupe A. Le groupe B n’étant plus depuis le milieu des années 80, c’est donc dans le groupe où la Lancia Delta Integrale, récemment passée à 16 soupapes, domine outrageusement avec son quatre cylindres turbo et sa transmission intégrale. Alors pour tenter le putsch et redorer le blason sportif d’une Golf GTI 16S (139 ch) bien malmenée sur les routes avec des rivales plus puissantes et performantes (309 GTI 16 163 ch, Kadett GSI 16V 150 ch,…), Volkswagen va utiliser les mêmes méthodes ou presque !… Mais pour pouvoir concourir en groupe A, il vous faut une voiture de série produite à 5 000 exemplaires. La Golf Rallye est donc née. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Volkswagen Golf 2 GTI 16S

volkswagen-golf-2-gti-16s-3

La nouvelle Golf GTI 16S fut l’ Arlésienne de VW . En effet, ce n’ est que deux ans plus tard (en 1985) que la présentation d’une mécanique 16 soupapes dans le Scirocco GTX 16S au salon de Francfort sera enfin installée sous le capot de la valeur étalon du marché des GTI et des sportives . Cette brillante mécanique est peu courante à l’époque, puisque les rivales directes de la VW Golf 2 GTI étaient toutes ou presque dotées de mécaniques à 2 soupapes par cylindres : Peugeot 205 GTI , Renault Supercinq GT Turbo, Fiat Uno Turbo ie, Opel Kadett GSI … Seules quelques japonaises comme la Toyota Corolla GT-ie pouvaient se targuer de cette disposition moderne qui depuis s’est imposée. Mais avec ce nouveau modèle plus cossu et performant , VW visait plutôt les BMW série 3 E30 que les « petites » GTI traditionnelles Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]