De la M24 à la Peugeot 205


Rarement un modèle aura été aussi déterminant pour la survie d’un constructeur automobile de cette importance. Pourtant, lorsqu’à la fin des années 70 PSA lance les premières études du projet M24, c’est toute la survie du groupe qui est en jeu pour supporter l’ intégration de Chrysler Europe (ex-Simca ) et relancer une gamme vieillissante. Pari réussi et Peugeot devra beaucoup à sa 205 avec à la clé 5,5 millions d’exemplaires produits. Avec la 205 lancée, Peugeot avait remis la dynamique du succès en marche et le lion pouvait enfin ressortir ses griffes.

Textes : ALIS Webzine – Photos : D.R.

Au cours des années 70, PSA a fait un pari en rachetant Chrysler Europe. Plus que le portefeuille de marque (Sunbeam, Simca, Talbot…), c’est surtout pour le constructeur sochalien l’opportunité de faire une croissance externe rapide et de s’ouvrir à certains marchés pas toujours développés jusqu’à présent pour la firme au lion. L’ancien réseau Simca était notamment très développé dans l’Europe méditerranéenne, et aussi en Angleterre (par le groupe Roots Sunbeam). Seulement PSA avait déjà racheté Citroën en 1974 à Michelin , et la crise pétrolière n’ avait pas été très porteuse pour l’industrie automobile. Ajoutez enfin une gamme désuète et austère sur le plan du style, malgré beaucoup de qualités, et PSA se retrouve alors vite en situation périlleuse. L’avenir du groupe deviendrait sombre. Aussi, à Sochaux on décide de réagir. Le plus simple, mais aussi risqué, n’est-il pas finalement de se concentrer dans un premier temps sur un modèle  » populaire  » qui représenterait le socle des ventes de Peugeot.

LE PROJET M24
Si le cahier des charges de la future Peugeot 205 a évolué avec le temps, il n’en demeure pas moins quelques grandes lignes fondamentales. On peut scinder en deux parties ce cahier des charges : technique et marketing.

>TECHNIQUE
La 205 devra déjà intégrer comme priorité une logique de coût de production et de revient vitale pour le groupe. Le poids des M24 devra être au maximum de 735 kilos pour les versions standards (les version haut de gamme, du fait de mécaniques plus lourdes sont moins concernées). Cette logique du poids a une incidence directe sur la consommation (10 à 15% d’objectif de baisse de consommation par rapport à la Peugeot 104) en plus du travail important sur le Cx et SCx. L’intégration des nouveaux moteurs XU/XUD (qui permettent notamment d’adopter la transmission automatique plus facilement puisque la boîte est en bout de moteur et non en dessous comme sur la Peugeot 104). Si l’empattement demeure identique à celui de la 104 (2,42 mètres), la longueur est fixée à 3,68 mètres et la largeur à 1,55 mètre. Pour gagner en habitabilité, la roue de secours passe sous la voiture. Un maximum d’éléments doit provenir de la banque d’organe du groupe PSA pour standardiser et limiter les coûts. La douceur de fonctionnement de tous les mécanismes de commande doit être réelle et ressentie par le client, tandis que la résistance à la corrosion doit être égale à celle de la Golf.

>MARKETING
L’objectif de la 205 était de ratisser large. Rallier une (nouvelle) clientèle jeune célibataire ou avec enfants en bas âges, ou plus âgée comme deuxième voiture ou véhicule principal si les enfants ont quitté le foyer. Une version sportive, la GTI, voulue par Jean Boillot le PDG de l’époque, devait apporter un dynamisme dans la gamme en prenant exemple sur la Golf GTI. D’ailleurs, le best-seller allemand sert de point de comparaison sur de nombreux thèmes pour la M24 qui deviendra la 205. Les carrosseries 5 portes et 3 portes doivent se distinguer au plan du style, la 3 portes s’octroyant un dessin plus original (vitres de custode notamment et traitement du montant B). Polyvalence et complémentarité semblent être les maîtres mots de la future 205 qui est prévue pour une production de 1,6 millions d’exemplaires. Finalement, ce sont 5,5 millions qui sortiront des chaînes de production !

LES ETUDES DE STYLE
Dès 1977, les premières études de style démarrent. Comme de coutume chez Peugeot, le style interne avec Gérard Welter aux commandes et le centre de style Pininfarina (un partenaire historique de Peugeot qui a collaboré avec le constructeur de Sochaux dès la fin de la guerre). Les premiers résultats demeurent finalement assez proches de la 104, et pour cause, puisque basés sur la même plateforme dans un premier temps. Mais dès la formalisation du cahier des charges du projet M24, deux alternatives se détachent. Soit un design très carré, soit un design très en rondeur. Après plusieurs confrontations, essais, tentatives, c’est le dessin en rondeur qui est retenu. Déjà les grandes lignes du  » sacré numéro  » sont tracées. Capot plongeant, arrière rebondi et cellule centrale vaste et pratique caractérisent la M24. Finalement, c’est la proposition du centre de style interne de Peugeot qui sera retenu en octobre 78. Pour l’anecdote, on retiendra qu’un certain Gérard Godefroy a travaillé sur les études de style de la 205. Quelques années plus tard, alors chez Heuliez, il travaillera sur  » son  » projet avec Claude Poiraud et dessinera la future Venturi. Après hésitation, des phares carrés arrière et non pas horizontaux (certes plus élégants) seront retenus pour garantir un seuil de coffre le plus bas (et donc pratique) possible. La calandre sera revue pour ressembler à celle à barrettes que nous connaîtrons sur la 205. A la dernière minute, un détail est nouveau : la  » planche à laver  » en plastique entre les optiques arrière. Cela permettait de mieux démarquer visuellement les optiques de la carrosserie. Pendant l’étude du style extérieur, l’équipe du style intérieure sous la houlette de Paul Bracq va travailler sur différentes propositions. Assez rapidement, l’idée d’une planche de bord modulaire se démarque avec la possibilité de changer juste le combiné d’instruments, voire même de coiffer toute la planche de bord comme dans la 205 Turbo 16. De gros travaux de recherches seront déployés pour apporter un habitacle pratique et efficace. L’habitabilité intérieure étant jugée comme prioritaire. Les versions 3 et 5 portes ayant les mêmes empattement et longueur il n’existe par conséquent pas de différence à l’intérieur hormis les sièges avant basculant sur la 3 portes.

M24 RALLYE

002 – WRC 1984. 1000 Lacs. Vatanen/Harryman. Peugeot 205 Turbo 16. Vainqueur

Il ne s’agissait pas encore de la 205 Rallye qui était destiné aux  » jeunes  » amateurs de conduite sport mais sans nécessairement avoir un budget conséquent. Non le projet M24 Rallye était à l’initiative de Jean Todt. Co-pilote reconnu et au palmarès conséquent, le français saura rapidement tirer parti de son talent d’organisateur et de meneur d’hommes. Après un titre mondial avec la Sunbeam Lotus, il se présente devant Jean Boillot PDG de PSA en juin 1981 pour lui parler de son idée de M24 Rallye. Si Jean Boillot est convaincu de mettre en route une version GTI de la future 205, pour singer le succès de la Golf du même patronyme, les dernières tentatives de Peugeot en compétition (la F1 notamment avec l’Ecurie Ligier, et la marque Talbot) l’ont échaudé. Pourtant, après cette entrevue le PDG de Peugeot est convaincu par l’idée de Todt. Mais Peugeot s’engagera désormais seul, et devra conquérir le haut niveau pour apporter une image dynamique au « vieux lion ». Jean Todt aura même l’autorisation d’en savoir plus sur le projet M24 afin de réaliser une étude de faisabilité sur la future variante de Rallye. Jean Todt est également nommé responsable de la compétition Peugeot le 19 octobre. En décembre, il crée Peugeot Talbot Sport (PTS). L’aventure PTS et de la 205 Turbo 16 pouvait commencer avec une équipe remarquable de talent et d’obstination. On citera ainsi pèle-mêle des personnes comme Jean-Pierre Boudy, André de Cortanze, Olivier Quesnel, Jean-Pierre Nicolas, Claude Michel, Charley Pasquier, Dominique Gérard, Jacques Levacher et Philippe Jarry. Le 23 février 1983, la 205 Turbo 16 est présentée officiellement et effectuera sa première course de test en octobre au Trophée Jean François Piot à Sarlat.

LANCEMENT INEDIT !
Le 20 janvier 1983, environ 480 concessionnaires Peugeot-Talbot sont conviés à l’hôtel Loews de Monaco pour la présentation en avant-première de la nouvelle 205. Ils auront l’occasion de découvrir toute la gamme 5 portes, mais surtout de prendre le volant de quelques modèles présents pour l’occasion. Peugeot met le paquet dans la présentation afin de motiver ses  » troupes « . Mais le plus fort est à venir, puisque si le lancement officiel est prévu le 24 février (soit le lendemain de la présentation de la 205 Turbo 16), les concessionnaires pourront disposer d’un modèle en avance qu’ils pourront montrer en avant-première discrètement à leurs meilleurs clients. Une bonne occasion pour flatter les clients et enregistrer des bons de commande avant le lancement. Les livraisons interviendront également au moment du lancement, ce qui fait que le jour J, déjà près de 5 000 clients ont pris livraison de la 205. Le public peut donc la découvrir dans la rue. Le constructeur sort ses griffes et rien n’est laissé au hasard pour permettre à la Peugeot 205 de démarrer sa fantastique carrière commerciale. Courant 1983, les premiers protos de 205 GTI 1,6 litres 105 ch commencent à rouler et dès février 1984, le mythe est lancé !

Peugeot 205 GTI 1L9 (1986) – Dossier du Guide des Sportives
Malgré le succès évident de la Peugeot 205 GTI depuis 1984, le constructeur Sochalien poursuit le développement de sa gamme et monte en puissance. En adoptant le 1,9 litres de 130 ch, la Peugeot 205 GTI sort ses griffes et tient ses rivales au respect. Look toujours craquant à peine modifié par les nouvelles jantes de 15″, la 205 GTI 1.9 améliore le chrono et se forge un sacré caractère. La panoplie de la parfaite GTI est de la partie, mais elle devient plus pointue à conduire vite !… >Lire la suite… Et aussi les Peugeot du site Le Guide des Sportives
« 1 de 8 »
EN SAVOIR PLUS…
Peugeot – Photos Peugeot
>Le Guide des Sportives, retrouvez toutes les voitures de sport Peugeot sur le site Le Guide des Sportives, le guide des voitures de sport sur le net.

DERNIERS ARTICLES PEUGEOT

  • Peugeot 206 S16 Après avoir tenté de digérer l’après 205 avec une « hydre à deux têtes », à savoir la Peugeot 106 et la Peugeot 306, Peugeot revient à ce qui forgé son succès et sauvé l’entreprise début 80 : une petite voiture polyvalente. Ainsi en 1998, Peugeot dévoile sa nouvelle 206. Commercialisée à partir du 10 septembre 1998, ...
  • Peugeot 205 GTI 1900 130 ch – Essai Après avoir conquis la première place tant convoitée des GTI au milieu des années 80 avec la 205 GTI 1,6 litres, Peugeot poursuit sa montée en puissance avec le « gros » 1,9 litres dans la petite caisse qu’est la 205 GTI . La concurrence a beau tenter de faire plus en puissance, mieux en prix ou ...
  • Peugeot 207 RC – Essai Après une première ébauche convaincante comme mise en bouche sous la forme de la 207 THP 150, on espérait tant de la version de pointe qui est alors destinée à remplacer la 206 RC . Mais las, de 177 ch, la puissance chute à 175 ch en sautant une génération. Hérésie ? Non véritable révolution ...
  • Peugeot 205 GTI 1600 115 ch – Essai Connaissant pourtant un succès incroyable depuis 1984, Peugeot ne se repose pas sur ses lauriers avec sa 205 GTI 105 ch . Si tout le monde attend une grosse évolution mécanique tant le châssis semble permettre de passer plus (cela sera la 205 GTI 1,9 litres ), Peugeot va profiter de la commercialisation de la ...
  • Peugeot 104 ZS2 Entre la Renault 5 qui s’affiche comme une concurrente plus fringuante et moderne que la Peugeot 104 au style très austère, et la Golf GTI qui truste les places d’honneurs dans le hit-parade des sportives, Peugeot ne pouvait rester impassible. Toutefois, la réponse du constructeur sochalien sera très différente de ce que l’on était en ...
  • Peugeot 106 S16 Après cinq années de commercialisation, la Peugeot 106 , si elle n’en demeure pas moins une excellente petite voiture, a bien du mal à jouer le rôle qui lui est dévolu : remplacer en partie la Peugeot 205. En effet, Peugeot, plutôt que de se risquer à remplacer un modèle si charismatique et important tant ...
  • Peugeot 206 RC WRC Edition 2 Après trois titres consécutifs en championnat du monde des rallyes WRC (2000, 2001 et 2002), Peugeot Allemagne Hollande décident de célébrer à leur manière cet évènement avec la commercialisation de la Peugeot 206 RC « WRC Edition 2 ». Le chiffre « 2 » rappelle notamment pour l’Allemagne que c’est une deuxième série spéciale, la première ayant été ...
  • Peugeot 206 RC WRC Edition Après trois titres consécutifs en championnat du monde des rallyes WRC (2000, 2001 et 2002), Peugeot Allemagne décide de célébrer à sa manière cet évènement en couplant cela avec la commercialisation de la Peugeot 206 RC et son nouveau moteur 2 litres 16 soupapes de 177 ch. C’est donc en mai 2003 que Peugeot Allemagne ...
  • Peugeot 309 GTI Goodwood Au salon de Londres en 1991, Peugeot UK dévoile une série limitée à 398 exemplaires baptisée  » Goodwood « . Seulement une centaine d’entre-elles auraient été vendues hors d’ Angleterre , toutes les autres ayant été vendues au pays de sa très grâcieuse Majestée. Elles y étaient d’ailleurs fabriquées dans l’ usine anglaise de PSA . ...
  • Peugeot 207 GTI THP 175 Le marché anglais est très friands de GTI et petites sportives appelées « Hot Hatches » Outre-Manche. Alors, lorsque Peugeot UK dévoile et commercialise la version anglaise de la 207 RC vendue chez nous, le dossier de presse du lancement anglais ressort les violons et insiste sur la filiation de cette série « 20 » avec la 205 GTI ...

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *