Alfa Romeo 33 Quadrifoglio Verde QV

alfa-romeo-33-quadrifoglio-verde-qv-10

L’Alfa Romeo Alfasud était considérée comme le vers dans le fruit pour la firme d’Arese . Une démocratisation qui avait en plus une vocation économique nationale avec la production dans l’Italie du Sud d’où son appellation. Pourtant, passée la première surprise des passionnés et amateurs d’Alfa Romeo, l’Alfasud allait acquérir ses lettres de noblesse et faire honneur à son blason grâce à un quatre cylindres à plat maison qui donnera une âme, et des dérivés sportifs (Ti et coupé Alfasud Sprint) qui feront la joie de nombre de passionnés. Au début des années 80, l’Alfasud commence à accuser le poids des ans (lancée tout de même initialement en 1972 !), malgré des replâtrages assez bien vus, et Alfa Romeo songe à la remplacer. C’est donc l’Alfa Romeo 33, reprenant le patronyme d’une célèbre Alfa de course, qui va faire ses grands débuts. Mais passé la première bonne surprise d’une esthétique inédite et élégante, la version de pointe, la Quadrifoglio Verde semble marquer le pas par rapport à l’Alfasud Ti. Et pour cause, elle reprend l’ensemble moteur-boîte à l’identique sauf que le poids est en hausse. L’embourgeoisement guetterait-il la petite traction d’Arese ?…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Peugeot 205 Rallye

peugeot-205rallye-1988-4

Peugeot 205 Rallye
1988 – 1991

Entre la Peugeot 205 XS/GT et la première GTI (1,6 115 ch) il restait un trou dans la gamme. La marche était en effet dure à franchir pour certains passionnés pas nécessairement argentés. Le dossier de presse de Peugeot d’alors précise d’ailleurs : « Un nom évocateur, un traité particulier de la carrosserie, un bruit pour amateur de belles mécaniques chantantes, un prix qui ne blessera pas les tirelires ». Mais outre le fait de compléter son offre sportive pour sa 205 de tous les succès (205 Turbo 16, 205 GTI 115, 205 GTI 130, 205 CTI, 205 XS/GT), c’est aussi l’occasion pour Peugeot de mettre sur le marché une voiture qui pourra courir dans la catégorie des moins de 1 300 cm3. Une catégorie qui a connu une belle embellie, avec notamment la « cousine », la Citroën AX Sport. Elles partageront d’ailleurs la même mécanique, bien que la 205 Rallye aura le privilège de la puissance la plus grande. En mars 1988, Peugeot commercialise donc la nouvelle 205 Rallye affichée au prix de 69 800 Francs. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Peugeot 205 GTI 1600

peugeot-205-gti-1L6-105ch-1

Peugeot 205 GTI 1600
1984 – 1987

Le couperet n’est pas passé loin chez Peugeot. Empêtré dans l’absorption du groupe Chrysler Europe et du lancement cahotique de la marque Talbot remplaçant les ex-Simca, ex-Chrysler Europe et ex-Sunbeam (!), le constructeur Sochalien dispose d’une gamme vieillissante notamment dans le segment des petites voitures avec une 104 qui fait bien pale figure face à la Renault 5 plus fringuante et plus moderne. Dans une période où les comptes de la société ne sont pas au mieux, Peugeot va lancer son nouveau modèle phare, la Peugeot 205, qui va non seulement le sauver de la faillite, mais aussi poser les jalons d’une nouvelle croissance… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Opel Corsa B GSI

opel-corsa-b-gsi-9

Opel Corsa B GSI
1993 – 1996

Commercialisée depuis 1982, la gamme des Corsa/Nova a remporté un franc succès avec plus de 3 millions de véhicules diffusés en 10 ans. Une aubaine pour Opel et Vauxhall qui n’avaient alors pas de modèle de ce gabarit avant cette date. Le renouvellemet de ce désormais best-seller intervient fin 1992 avec l’arrêt dans les chaînes de production de la Corsa A. Plusieurs variantes de carrosserie sont disponibles avec des 3 et 5 portes pour le marché français, puis même une version utilitaire baptisée Combo. Dans les grandes lignes directrices, Opel s’est orienté vers des thèmes comme la protection de l’ environnement, la sécurité et le design. Heureusement pour les passionnés, le sport n’est pas oublié avec dès le lancement de la gamme Corsa B une version GSI 16V au moteur pétillant. Une bonne bouille et des performances convenables, mais un châssis dont la rigueur n’est pas le fort de la Corsa GSI 16V, d’autant moins face à des concurrentes redoutables d’homogénéité et d’efficacité comme la 106 XSI, Clio 16S ou Polo GTI. Une sportive éphémère dans la gamme Opel puisque cette génération de Corsa GSI s’effacera assez rapidement pour ne pas faire de l’ombre à la Tigra, un sémillant coupé basé sur la même base châssis et mécanique…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Opel Kadett E GSI

opel-kadett-gsi-6

Opel Kadett E GSI
1984 – 1987

Chez Opel dans les années 70 et début 80, la forfanterie et l’originalité n’étaient pas de mise. Seul le sérieux et la robustesse devaient être les deux piliers de la marque au Blitz. Seulement les velléités de son propriétaire, la toute puissante General Motors, étaient fortes pour sa marque européenne. Alors une vraie révolution de palais va s’opérer en ce début d’année 80 en commençant par la Kadett. Véritable lignée historique à Rüsselsheim, qui remonte à plusieurs décennies, c’est en 1984 que la rupture va s’opérer avec la présentation de la nouvelle Kadett série E. Réelle nouveauté, elle va étonner et marquer par un design très fluide et efficace en aéro, mais aussi elle confirme le passage du tout à l’avant, laissant ainsi la propulsion aux grosses berlines statutaires de la marque, et pour un temps encore aux coupés Manta.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Opel Kadett D GTE

opel_kadett_gt_e_5-door_1

Opel Kadett D GTE
1983 – 1984

A Rüsselsheim, fief d’Opel en Allemagne (en Angleterre c’est Lutton qui sert de base à Vauxhall le pendant britannique d’Opel), les petites sportives avaient déjà été à l’ordre du jour avec la saga des Kadett GT/E de 1976 à 79 et les succès qu’on leur connaît en Rallye. Pourtant, dès le remplacement fin 1979 de la gamme Kadett type C par la nouvelle type D, Opel semble avoir oublié la génétique sportive initiée avec les GT/E. Cette nouvelle génération de Kadett (D) tranchait techniquement avec sa devancière et était une petite révolution chez le constructeur germano-américain habituellement conservateur : elle était la première Opel traction avant et dotée d’un moteur transversal.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Ford Cortina Lotus Mk1

ford-cortina-lotus-mk1-6

Ford Cortina Lotus Mk1
1963 – 1966

Comme souvent pour les compactes sportives, que l’on a appelé plus tard « GTI » avec l’éclosion de la Golf du même nom, c’est la compétition qui servit de prétexte à l’élaboration de la Ford Cortina Lotus Mk1. Difficile en effet d’imaginer en 1962 à la présentation de cette placide petite berline compacte que l’année suivante elle devint l’égérie et la référence de tous les passionnés britanniques de voitures de sport.omme souvent pour les compactes sportives, que l’on a appelé plus tard « GTI » avec l’éclosion de la Golf du même nom, c’est la compétition qui servit de prétexte à l’élaboration de la Ford Cortina Lotus Mk1. Difficile en effet d’imaginer en 1962 à la présentation de cette placide petite berline compacte que l’année suivante elle devint l’égérie et la référence de tous les passionnés britanniques de voitures de sport. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Fiat 131 Racing

fiat-131-racing-1

Fiat 131 Racing
1978 – 1981

Après avoir déployé une vaste gamme de carrosserie et de modèle avec sa Fiat 124, le géant turinois va renouveler son modèle phare en novembre 1974 avec la nouvelle Fiat 131 Mirafiori , du nom de l’usine qui la produit en Italie. Si les lignes se sont adoucies, on reste toujours dans le concept des « caisses carrées » et la recette demeure identique : moteur avant et transmission arrière. Classique, sauf sous le capot où des moteurs raffinés et pétillants donnent une âme à ces autos. Il faudra toutefois attendre 1977 pour constater une montée en puissance de la 131 avec une version Abarth limitée à 400 exemplaires pour l’homologation en rallye. Une incompréhension d’ailleurs pour les passionnés puisque la 131 Abarth va donc « châsser » la Lancia Stratos, marketing oblige. L’année suivante c’est au tour de la version 131 Racing, ou 131 Sport en Allemagne, d’être commercialisée. Les sportifs vont être servis, car en pleine période seventies, avec l’éclosion naissante des GTI et de la Golf GTI notamment dès 1975, la 131 Racing soigne son look de sportive accomplie et apporte son interprétation du sport populaire… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Volkswagen Golf 1 GTI 1600

volkswagen-golf1-gti-1600-7

Volkswagen au cours des années 60 est confronté à un cruel dilemme : Comment remplacer la Coccinelle , ou tout au moins, comment réussir à élargir la gamme ? Toutes les tentatives n’ont jusqu’ici pas été couronnées de succès. Alors VAG va plancher sur un nouveau projet à partir de 1967 qui porte le code projet EA 337. Sous cette appellation se dessine la future Golf qui va révolutionner le constructeur allemand en passant tout… à l’avant ! Cette petite berline monocoque disposera d’un moteur transversal avant et sera une traction . Tout l’opposé d’une Coccinelle. Le bureau de design VAG et celui de Giugiaro sont en compétition et finalement c’est le designer italien qui va l’emporter. Un dessin et des proportions qui feront date et que l’on retrouvera également sur la Lancia Delta également oeuvre de Giugiaro. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Citroën AX GT

citroen_ax_gt_3-door_56

Citroën AX GT
1987 – 1994

Avec la Citroën AX présentée à Paris en octobre 1986, le constructeur aux doubles chevrons entend bien rajeunir son image et par-là, ratisser auprès d’une clientèle qui n’avait pas encore le réflexe Citroën. Il faut avouer que sur la première moitié des années 80, la gamme Citroën ne respirait pas réellement l’allégresse et l’insouciance : Visa , Axel, 2 CV, BX, CX… Fort heureusement, certaines de ces gammes avaient déjà préparé le terrain du sport avec notamment une saga de Visa Chrono puis GTI assez convaincante malgré une esthétique datée, tandis que la BX surpris tout le monde avec la Sport, puis avec les GTI . Cela sans compter avec l’atypique BX 4TC prévue initialement pour l’homologation en groupe B dans le championnat du monde des Rallyes. Deuxième étape, en mars 1987, avant tout prévue pour l’homologation en groupe N dans la catégorie des moins de 1300 cm3, l’AX Sport prévue initialement à 5 000 exemplaires. Spartiate à souhait (720 kilos seulement), performante et dotée d’un look totalement immaculée jantes tôles comprises, elle sera finalement produite à près de 6 000 exemplaires. Preuve du succès du concept. En septembre 87, Citroën poursuit son offensive produit avec son AX : commercialisation de la variante 5 portes mais surtout de l’ AX GT. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]