Alfa Romeo 33 1L5 Ti

alfa-romeo-33-quadrifoglio-verde-qv-10

Alfa Romeo 33 1L5 Ti
1984 – 1987

L’Alfa Romeo Alfasud était considérée comme le vers dans le fruit pour la firme d’Arese . Une démocratisation qui avait en plus une vocation économique nationale avec la production dans l’Italie du Sud d’où son appellation. Pourtant, passée la première surprise des passionnés et amateurs d’Alfa Romeo, l’Alfasud allait acquérir ses lettres de noblesse et faire honneur à son blason grâce à un quatre cylindres à plat maison qui donnera une âme, et des dérivés sportifs (Ti et coupé Alfasud Sprint) qui feront la joie de nombre de passionnés. Au début des années 80, l’Alfasud commence à accuser le poids des ans (lancée tout de même initialement en 1972 !), malgré des replâtrages assez bien vus, et Alfa Romeo songe à la remplacer. C’est donc l’Alfa Romeo 33, reprenant le patronyme d’une célèbre Alfa de course, qui va faire ses grands débuts. Mais passé la première bonne surprise d’une esthétique inédite et élégante, la version de pointe, la Quadrifoglio Verde semble marquer le pas par rapport à l’Alfasud Ti. Et pour cause, elle reprend l’ensemble moteur-boîte à l’identique sauf que le poids est en hausse. L’embourgeoisement guetterait-il la petite traction d’Arese ?…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Alfa Romeo Alfasud Ti 1200 68 ch

alfa-romeo-alfasud-ti-68ch-12

Véritable révolution dans la firme de Milan, Alfa Romeo change de stratégie et joue la carte de l’expansion. Un appétit de volume qui est également un action « politique », le gouvernement italien étant le principal actionnaire depuis 1933 d’Alfa et qui compte bien profiter de l’occasion pour développer la partie sud de l’Italie. Pour mieux prendre conscience de l’impact de cette « révolution  » pour Alfa-Romeo, au-delà des clivages sur la notion de respect de l’identité de la marque ou non par à la fois le passage à la traction avant mais aussi à l’arrivée d’un modèle plus populaire et économique, en 1961 Alfa n’avait produit que 35 711 véhicules tous confondus, tandis qu’après 2 ans de commercialisation, l’Alfasud standard aura déjà été produite à près de 180 000 exemplaires. Une croissance des volumes qui aura un impact évident sur la firme de Milan, à tous niveaux. Rudoph Hruska, qui avait déjà géré le projet Giulietta chez Alfa et qui était parti chez Simca, est rappelé par Giuseppe Luraghi, président d’alors d’Alfa Romeo, pour superviser le projet Alfasud. Présentée au salon de Turin en novembre 1971, les premières Alfasud seront livrées en France qu’au début de l’année 1973. Quelques mois plus tard, en septembre, Alfa Romeo poursuit le développement de sa gamme avec une variante sportive qui vient coiffer la gamme « ‘sud » : l’Alfasud Ti et son moteur 1,2 litres de 68 ch. Les clients français ne pourront en profiter qu’à compter de mars 1974. Si la presse européenne est très élogieuse sur cette petite nouveauté italienne pour l’ensemble de sa gamme, il apparaît assez rapidement pour sa variante Ti (pour Tourisme International) que ses prestations demeurent trop limitées. En effet, la nouvelle Volkswagen Golf commercialisée en 1974 sort sa « bombe », la Golf 1 GTI en 1975 dont le moteur 1,6 litres injection développe 110 ch. Toujours dans la même catégorie, la Renault 5 Alpine arrive également avec ses 93 ch, sans compter les autres qui emboîtent le pas. Ainsi, dans cette catégorie GTI, la nouvelle Alfasud Ti avec son « petit » 1 186 cm3 et ses 68 ch semble bien timide pour venir s’imposer au firmament de la catégorie GTI.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Alfa Romeo 33 Quadrifoglio Verde QV

alfa-romeo-33-quadrifoglio-verde-qv-10

L’Alfa Romeo Alfasud était considérée comme le vers dans le fruit pour la firme d’Arese . Une démocratisation qui avait en plus une vocation économique nationale avec la production dans l’Italie du Sud d’où son appellation. Pourtant, passée la première surprise des passionnés et amateurs d’Alfa Romeo, l’Alfasud allait acquérir ses lettres de noblesse et faire honneur à son blason grâce à un quatre cylindres à plat maison qui donnera une âme, et des dérivés sportifs (Ti et coupé Alfasud Sprint) qui feront la joie de nombre de passionnés. Au début des années 80, l’Alfasud commence à accuser le poids des ans (lancée tout de même initialement en 1972 !), malgré des replâtrages assez bien vus, et Alfa Romeo songe à la remplacer. C’est donc l’Alfa Romeo 33, reprenant le patronyme d’une célèbre Alfa de course, qui va faire ses grands débuts. Mais passé la première bonne surprise d’une esthétique inédite et élégante, la version de pointe, la Quadrifoglio Verde semble marquer le pas par rapport à l’Alfasud Ti. Et pour cause, elle reprend l’ensemble moteur-boîte à l’identique sauf que le poids est en hausse. L’embourgeoisement guetterait-il la petite traction d’Arese ?…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Moteur 2 Litres Twinspark Alfa-Romeo

Après avoir doté son coupé GTV, Spider et berline 155 d’un deux litres performant et moderne , c’est au tour de la « petite » Alfa 145 Quadrifoglio de recevoir ce quatre cylindres essence qui recèle de nombreux raffinements techniques. Au programme , sport, douceur et souplesse, avec 150 ch à la clé…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Moteur : le VR6 de Volkswagen – 1991

Après avoir imposé le concept des GTI avec la Golf du même nom en 1976, Volkswagen poursuit sa course à l’armement pour rester leader et tête de file dans un segment alors très disputé. Le principe des GTI étant grossièrement de prendre une caisse compacte et de lui offrir une mécanique « gonflée ». Ici, pas de gonflette, mais du vrai muscle puisque Volkswagen a été le premier à mettre en 1991 un V6 à l’ architecture spécifique sous le capot de sa Golf 3. Nom de code? VR6… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Megane 2 RS F1 Team R26 vs Megane 3 RS

Avec l’arrivée de la nouvelle Mégane RS forte de 250 ch et de sa robe de coupé, il nous semblait utile de l’opposer dans un match amical avec la Mégane 2 RS. N’y voyez pas là une tentative pour déterminer réellement qui est la meilleure de deux. C’est avant tout l’occasion de mesurer les évolutions d’une génération à l’autre et surtout de voir si la Mégane 3 RS fait honneur à tous les lauriers obtenus par sa devancière dans la presse et auprès des passionnés… Gaz ! … Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Citroën C4 VTS THP Phase 2 150 ch

citroen-c4-phase-2-vts-150ch-19

Lancée fin 2004, C4 a déjà été vendue dans ses deux silhouettes berline et coupé à près de 900 000 exemplaires… Son porte-étendard était jusque-là la C4 VTS 2.0i 16V , forte de ses 180 ch et de son moteur hérité du  » passé ». Une sportive qui ne manquait pas d’arguments, mais dont la mécanique avait bien de la peine à mouvoir les près de 1,3 tonnes de la belle. A l’ occasion du facelift à l’été 2008, Citroën en profite pour reprendre la dernière mécanique étudiée et produite en coopération avec BMW. Une véritable merveille technique qui doit redonner du tonus à la C4 VTS . Mission accomplie ?… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Seat Leon 2 Cupra R

Seat Leon 2 Cupra R
2010 – 2012

C’est au Salon de l’Automobile de Francfort 2009 que Seat a présenté la Seat de route la plus puissante de son histoire : La Leon Cupra R. Depuis la commercialisation de la Leon Cupra en 2006, Seat avait déjà mis les petits plats dans les grands pour nous concocter une compacte sportive à la hauteur de ses rivales certainement plus connues (Mégane RS, Focus ST, Golf GTI, Mazda 3 MPS, Astra GTC OPC…). Et comme le constructeur ibérique est sensé être la branche sportive et jeune du groupe VAG, c’était la base mécanique de la cousine Audi S3 qui avait été reprise et non pas le moteur de la Golf 5 GTI. Dans les deux cas c’est le TSI de Volkswagen, mais pour la Seat et l’Audi c’est une version améliorée pour encaisser en toute fiabilité les nouvelles contraintes de performances. Avec 265 ch pour l’Audi S3 et 240 ch pour la Leon Cupra, la hiérarchie des marques semblait cependant respectée. En passant à la vitesse supérieure, après un facelift de la gamme Leon en 2009, Seat a ajouté un « R » à sa Cupra qui lui permet un gain de 25 ch et une présentation spécifique. Une manière aussi de célébrer les titres constructeur et pilote (Yvan Müller) 2008 de Seat en championnat du monde des voitures de tourisme FIA WTCC… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Seat Leon 2 FR

seat-leon-2-FR-16

Seat Leon 2 FR
2006 – 2012

Présentée pour la première fois en mai dernier au Salon de Madrid, la Seat León FR est commercialisée en France depuis le 1er juillet . Cette version FR est donc arrivée moins d’un an après le lancement de la nouvelle Seat León. Avec l’Altea et l’ Ibiza, la León est la troisième Seat à être déclinée en version sportive FR. Pour mériter cette appellation, la León FR a été entièrement développée au Centre Technique de Martorell , où le style, le châssis, ainsi que les moteurs, ont été optimisés. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Megane Coupé 16V Monte Carlo

La Renault Mégane profite d’une version sportive, mais uniquement en carrosserie 3 portes appelée  » Coupé « . Un choix audacieux dans un segment de marché souvent très conservateur, et dont toute une déclinaison de carrosserie est possible de la berline 5 portes, 4 portes avec malle arrière (la Classic), break, cabriolet et puis 3 portes (la Coupé). La mécanique la plus poussée, celle que se partagent le Renault Spider mais aussi la Clio Williams, est donc le 2 litres coiffé de la culasse à 16 soupapes. Avec 150 ch à 6 000 tr/mn et un couple de 19,3 mkg à 4 500 tr/mn, c’est avec une boîte de vitesses mécanique à 5 rapports que le conducteur orchestre la symphonie des soupapes. Les performances de la série spéciale Monte Carlo demeurent inchangées avec 215 km/h en vitesse maxi, moins de 30 » au kilomètre départ arrêté et 8″6 pour le 0 à 100 km/h.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]