Alfa Romeo 33 1L5 Ti

alfa-romeo-33-quadrifoglio-verde-qv-10

Alfa Romeo 33 1L5 Ti
1984 – 1987

L’Alfa Romeo Alfasud était considérée comme le vers dans le fruit pour la firme d’Arese . Une démocratisation qui avait en plus une vocation économique nationale avec la production dans l’Italie du Sud d’où son appellation. Pourtant, passée la première surprise des passionnés et amateurs d’Alfa Romeo, l’Alfasud allait acquérir ses lettres de noblesse et faire honneur à son blason grâce à un quatre cylindres à plat maison qui donnera une âme, et des dérivés sportifs (Ti et coupé Alfasud Sprint) qui feront la joie de nombre de passionnés. Au début des années 80, l’Alfasud commence à accuser le poids des ans (lancée tout de même initialement en 1972 !), malgré des replâtrages assez bien vus, et Alfa Romeo songe à la remplacer. C’est donc l’Alfa Romeo 33, reprenant le patronyme d’une célèbre Alfa de course, qui va faire ses grands débuts. Mais passé la première bonne surprise d’une esthétique inédite et élégante, la version de pointe, la Quadrifoglio Verde semble marquer le pas par rapport à l’Alfasud Ti. Et pour cause, elle reprend l’ensemble moteur-boîte à l’identique sauf que le poids est en hausse. L’embourgeoisement guetterait-il la petite traction d’Arese ?…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Alfa Romeo MiTo 1L4 T-Jet 150 ch

alfa-romeo-mito-17

Chez Alfa Romeo , on se rassure en annonçant des jours désormais heureux. Après une période trouble et compliquée, la berline 156 avait renouvelé le style Alfa (merci Walter Da Silva !) avec bonheur pour lui donner enfin une empreinte moderne mais en phase avec l’ADN stylistique de la marque. En 2006, Alfa Romeo a présenté au Mondial de Paris la berlinette 8C Competizione , une voiture de sport au superlatif qui vient concurrencer les Ferrari F430 , Corvette C6, Lamborghini Gallardo et consort . Le succès fut immédiat preuve que le blason Alfa fait encore son effet, à la condition de proposer des produits idoines et respectueux du patrimoine de la marque au biscione. Après un retour en force et en forme de Fiat ( Grande Punto Abarth , Abarth 500, Panda 100 HP , Bravo…), Alfa Romeo semble également touché par une bonne fée . Après quelques études approfondies, il s’est vite avéré qu’un segment de marché très lucratif et juteux était laissé pour compte jusqu’à présent : celui de la petite citadine branchée à forte image . Seule la Mini, la smart fortwo et depuis peu la Fiat 500 s’attirent les faveurs d’une clientèle branchée (CSP+ comme diraient les gens du marketing ) moins regardante sur l’addition que sur l’image que leur petite auto leur procure.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Alfa Romeo Alfasud Ti 1200 68 ch

alfa-romeo-alfasud-ti-68ch-12

Véritable révolution dans la firme de Milan, Alfa Romeo change de stratégie et joue la carte de l’expansion. Un appétit de volume qui est également un action « politique », le gouvernement italien étant le principal actionnaire depuis 1933 d’Alfa et qui compte bien profiter de l’occasion pour développer la partie sud de l’Italie. Pour mieux prendre conscience de l’impact de cette « révolution  » pour Alfa-Romeo, au-delà des clivages sur la notion de respect de l’identité de la marque ou non par à la fois le passage à la traction avant mais aussi à l’arrivée d’un modèle plus populaire et économique, en 1961 Alfa n’avait produit que 35 711 véhicules tous confondus, tandis qu’après 2 ans de commercialisation, l’Alfasud standard aura déjà été produite à près de 180 000 exemplaires. Une croissance des volumes qui aura un impact évident sur la firme de Milan, à tous niveaux. Rudoph Hruska, qui avait déjà géré le projet Giulietta chez Alfa et qui était parti chez Simca, est rappelé par Giuseppe Luraghi, président d’alors d’Alfa Romeo, pour superviser le projet Alfasud. Présentée au salon de Turin en novembre 1971, les premières Alfasud seront livrées en France qu’au début de l’année 1973. Quelques mois plus tard, en septembre, Alfa Romeo poursuit le développement de sa gamme avec une variante sportive qui vient coiffer la gamme « ‘sud » : l’Alfasud Ti et son moteur 1,2 litres de 68 ch. Les clients français ne pourront en profiter qu’à compter de mars 1974. Si la presse européenne est très élogieuse sur cette petite nouveauté italienne pour l’ensemble de sa gamme, il apparaît assez rapidement pour sa variante Ti (pour Tourisme International) que ses prestations demeurent trop limitées. En effet, la nouvelle Volkswagen Golf commercialisée en 1974 sort sa « bombe », la Golf 1 GTI en 1975 dont le moteur 1,6 litres injection développe 110 ch. Toujours dans la même catégorie, la Renault 5 Alpine arrive également avec ses 93 ch, sans compter les autres qui emboîtent le pas. Ainsi, dans cette catégorie GTI, la nouvelle Alfasud Ti avec son « petit » 1 186 cm3 et ses 68 ch semble bien timide pour venir s’imposer au firmament de la catégorie GTI.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Alfa Romeo 33 Quadrifoglio Verde QV

alfa-romeo-33-quadrifoglio-verde-qv-10

L’Alfa Romeo Alfasud était considérée comme le vers dans le fruit pour la firme d’Arese . Une démocratisation qui avait en plus une vocation économique nationale avec la production dans l’Italie du Sud d’où son appellation. Pourtant, passée la première surprise des passionnés et amateurs d’Alfa Romeo, l’Alfasud allait acquérir ses lettres de noblesse et faire honneur à son blason grâce à un quatre cylindres à plat maison qui donnera une âme, et des dérivés sportifs (Ti et coupé Alfasud Sprint) qui feront la joie de nombre de passionnés. Au début des années 80, l’Alfasud commence à accuser le poids des ans (lancée tout de même initialement en 1972 !), malgré des replâtrages assez bien vus, et Alfa Romeo songe à la remplacer. C’est donc l’Alfa Romeo 33, reprenant le patronyme d’une célèbre Alfa de course, qui va faire ses grands débuts. Mais passé la première bonne surprise d’une esthétique inédite et élégante, la version de pointe, la Quadrifoglio Verde semble marquer le pas par rapport à l’Alfasud Ti. Et pour cause, elle reprend l’ensemble moteur-boîte à l’identique sauf que le poids est en hausse. L’embourgeoisement guetterait-il la petite traction d’Arese ?…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Megane 2 RS F1 Team R26 vs Honda Civic Type R FN2 Championship Edition

honda_civic_type_r_fn2_championship_edition_match_007

Avec l’arrivée imminente de la nouvelle Mégane RS forte de 250 ch et de sa robe de coupé, et la Focus RS et ses 300 ch, on doit espérer un match au sommet. En attendant , voyons ce que la Mégane RS F1 Team R26 peut faire comme résistance face à la Civic Type R Championship Edition. Cette dernière, s’oppose de manière radicale à la Mégane RS … Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Clio 2 RS vs Clio 3 RS

match-renault-clio2rs-vs-clio3rs-3

Lors de la sortie de la Clio 3 RS en 2006, les fans et observateurs étaient restés un peu dubitatifs… Look de tueuse, châssis ultra-efficace, mais beaucoup s’accordaient à demander plus de chevaux. Entre passion et émotion, difficile d’y voir clair et de se fixer un avis objectif. La rédaction du Guide des GTI.fr tente donc à travers ce match des générations d’apporter des réponses plus factuelles en confrontant la Clio 3 RS et sa devancière la Clio 2 RS 172 ch. Un match intéressant qui montre au moins une chose : ces deux autos, si elles apportent passion et enthousiasme, ne jouent pas dans la même catégorie… La Clio RS a changé de ton ! Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault Megane 2 RS F1 Team R26 vs Megane 3 RS

Avec l’arrivée de la nouvelle Mégane RS forte de 250 ch et de sa robe de coupé, il nous semblait utile de l’opposer dans un match amical avec la Mégane 2 RS. N’y voyez pas là une tentative pour déterminer réellement qui est la meilleure de deux. C’est avant tout l’occasion de mesurer les évolutions d’une génération à l’autre et surtout de voir si la Mégane 3 RS fait honneur à tous les lauriers obtenus par sa devancière dans la presse et auprès des passionnés… Gaz ! … Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Simca 1000 Rallye 1

simca-1000-rallye-1-1

Simca 1000 Rallye 1
1972 – 1977

La petite Simca 1000 est déjà commercialisée depuis 1961 et de nombreux évènements  » sportifs  » la concernant directement ou indirectement ont jalonné sa carrière . Entre l’éclosion de pilotes privés qui obtinrent des résultats probants en Rallyes dans les années 60, les réalisations sympathiques et réussies pour certaines de préparateurs connus ou en reconnaissance (comme Carlo Abarth) et surtout la fin de vie de la Renault 8 Gordini qui marqua tant les esprits et les cœurs des passionnés, la Simca 1000 s’est vu poussé des ailes sur le terrain du sport. Pas d’affolement tout de même car il n’était pas question dans l’immédiat de sortir l’arme fatale. Non, comme à l’accoutumée chez Simca, on a d’abord utilisé les artifices du commerce et du marketing avec dans un premier temps le challenge Simca, une coupe monomarque singeant la coupe Gordini, puis dans un deuxième temps dès 1970 avec la Simca 1000 Rallye . Mais on restait plus dans le costume de guerrier que dans les affaires sérieuses. Peu importe, la machine était lancée et Simca ne comptait pas en rester là, et les passionnés non plus, désormais orphelins d’une vraie propulsion populaire sport pas chère, la Renault 8 S étant également partie du devant de la scène en 1971. La saga Rallye est née, et après la Rallye, c’est désormais sur la Simca 1000 Rallye 1 le 1er février 1972 que les amateurs vont pouvoir compter, ainsi que sur son cœur plus gros qui ouvrira la voie dans quelques temps à la Rallye 2. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Simca 1000 Rallye

simca-1000-rallye-3

Simca 1000 Rallye
1970 – 1972

Alors qu’une étude de projet de petite voiture destinée à remplacer à la fois la Simca Aronde et l’ Ariane (projet 903), c’est finalement en 1958 qu’il est décidé du démarrage officiel du projet 950 éclipsant ainsi le 903. Pour gagner du temps , Henri Théodore Pigozzi, le bouillant et dynamique patron de Simca va consulter ses amis italiens à Turin chez Fiat dont les relations avec Simca remontent aux années 30 ( fabrication sous licence Fiat dans un premier temps de la Topolino qui s’appellera Simca 5). Il juge en effet que les techniciens de Simca basés dans les bureaux d’études d’ Argenteuil ne pourront seuls mener à bien un tel projet aussi rapidement (3 ans seulement !). Les techniciens de Fiat se mettent rapidement au travail avec la réalisation de premiers prototypes basés sur la Fiat 600. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Simca 1100 Ti

simca-1100-ti-10

Simca 1100 Ti
1973 – 1978

Lorsque la Simca 1100 est dévoilée au public le 3 octobre 1967 au salon de Paris , nous sommes alors loin d’imaginer toutes les incertitudes du projet initial qui ont émaillé la conception de la future 1100. Avec le rachat de Simca par Chrysler, puis la succession de Henri Thédore Pigozzi , la situation est compliquée avec des tensions récurentes entre les USA et la France . Georges Héreil, le nouveau patron français de Simca est convaincu qu’une petite voiture compacte de moins de 4 mètres de long et dotée de solutions modernes techniques avec moteur transversal avant, roues avant motrices… a largement sa place sur le marché automobile européen . Mais les ingénieurs ne l’avaient pas attendu et il peut ainsi initier le projet « 928 » qui est déjà bien avancé . Reste à la vendre aux américains qui ont bien du mal à comprendre la logique d’une telle auto . Mais l’histoire donnera raison à Simca, car la 1100 deviendra même la voiture française la plus vendue en France. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]