Alfa Romeo Alfasud Ti 1200 68 ch

alfa-romeo-alfasud-ti-68ch-12

Véritable révolution dans la firme de Milan, Alfa Romeo change de stratégie et joue la carte de l’expansion. Un appétit de volume qui est également un action « politique », le gouvernement italien étant le principal actionnaire depuis 1933 d’Alfa et qui compte bien profiter de l’occasion pour développer la partie sud de l’Italie. Pour mieux prendre conscience de l’impact de cette « révolution  » pour Alfa-Romeo, au-delà des clivages sur la notion de respect de l’identité de la marque ou non par à la fois le passage à la traction avant mais aussi à l’arrivée d’un modèle plus populaire et économique, en 1961 Alfa n’avait produit que 35 711 véhicules tous confondus, tandis qu’après 2 ans de commercialisation, l’Alfasud standard aura déjà été produite à près de 180 000 exemplaires. Une croissance des volumes qui aura un impact évident sur la firme de Milan, à tous niveaux. Rudoph Hruska, qui avait déjà géré le projet Giulietta chez Alfa et qui était parti chez Simca, est rappelé par Giuseppe Luraghi, président d’alors d’Alfa Romeo, pour superviser le projet Alfasud. Présentée au salon de Turin en novembre 1971, les premières Alfasud seront livrées en France qu’au début de l’année 1973. Quelques mois plus tard, en septembre, Alfa Romeo poursuit le développement de sa gamme avec une variante sportive qui vient coiffer la gamme « ‘sud » : l’Alfasud Ti et son moteur 1,2 litres de 68 ch. Les clients français ne pourront en profiter qu’à compter de mars 1974. Si la presse européenne est très élogieuse sur cette petite nouveauté italienne pour l’ensemble de sa gamme, il apparaît assez rapidement pour sa variante Ti (pour Tourisme International) que ses prestations demeurent trop limitées. En effet, la nouvelle Volkswagen Golf commercialisée en 1974 sort sa « bombe », la Golf 1 GTI en 1975 dont le moteur 1,6 litres injection développe 110 ch. Toujours dans la même catégorie, la Renault 5 Alpine arrive également avec ses 93 ch, sans compter les autres qui emboîtent le pas. Ainsi, dans cette catégorie GTI, la nouvelle Alfasud Ti avec son « petit » 1 186 cm3 et ses 68 ch semble bien timide pour venir s’imposer au firmament de la catégorie GTI.
Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Simca 1000 Rallye 1

simca-1000-rallye-1-1

Simca 1000 Rallye 1
1972 – 1977

La petite Simca 1000 est déjà commercialisée depuis 1961 et de nombreux évènements  » sportifs  » la concernant directement ou indirectement ont jalonné sa carrière . Entre l’éclosion de pilotes privés qui obtinrent des résultats probants en Rallyes dans les années 60, les réalisations sympathiques et réussies pour certaines de préparateurs connus ou en reconnaissance (comme Carlo Abarth) et surtout la fin de vie de la Renault 8 Gordini qui marqua tant les esprits et les cœurs des passionnés, la Simca 1000 s’est vu poussé des ailes sur le terrain du sport. Pas d’affolement tout de même car il n’était pas question dans l’immédiat de sortir l’arme fatale. Non, comme à l’accoutumée chez Simca, on a d’abord utilisé les artifices du commerce et du marketing avec dans un premier temps le challenge Simca, une coupe monomarque singeant la coupe Gordini, puis dans un deuxième temps dès 1970 avec la Simca 1000 Rallye . Mais on restait plus dans le costume de guerrier que dans les affaires sérieuses. Peu importe, la machine était lancée et Simca ne comptait pas en rester là, et les passionnés non plus, désormais orphelins d’une vraie propulsion populaire sport pas chère, la Renault 8 S étant également partie du devant de la scène en 1971. La saga Rallye est née, et après la Rallye, c’est désormais sur la Simca 1000 Rallye 1 le 1er février 1972 que les amateurs vont pouvoir compter, ainsi que sur son cœur plus gros qui ouvrira la voie dans quelques temps à la Rallye 2. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Simca 1000 Rallye

simca-1000-rallye-3

Simca 1000 Rallye
1970 – 1972

Alors qu’une étude de projet de petite voiture destinée à remplacer à la fois la Simca Aronde et l’ Ariane (projet 903), c’est finalement en 1958 qu’il est décidé du démarrage officiel du projet 950 éclipsant ainsi le 903. Pour gagner du temps , Henri Théodore Pigozzi, le bouillant et dynamique patron de Simca va consulter ses amis italiens à Turin chez Fiat dont les relations avec Simca remontent aux années 30 ( fabrication sous licence Fiat dans un premier temps de la Topolino qui s’appellera Simca 5). Il juge en effet que les techniciens de Simca basés dans les bureaux d’études d’ Argenteuil ne pourront seuls mener à bien un tel projet aussi rapidement (3 ans seulement !). Les techniciens de Fiat se mettent rapidement au travail avec la réalisation de premiers prototypes basés sur la Fiat 600. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Simca 1100 Ti

simca-1100-ti-10

Simca 1100 Ti
1973 – 1978

Lorsque la Simca 1100 est dévoilée au public le 3 octobre 1967 au salon de Paris , nous sommes alors loin d’imaginer toutes les incertitudes du projet initial qui ont émaillé la conception de la future 1100. Avec le rachat de Simca par Chrysler, puis la succession de Henri Thédore Pigozzi , la situation est compliquée avec des tensions récurentes entre les USA et la France . Georges Héreil, le nouveau patron français de Simca est convaincu qu’une petite voiture compacte de moins de 4 mètres de long et dotée de solutions modernes techniques avec moteur transversal avant, roues avant motrices… a largement sa place sur le marché automobile européen . Mais les ingénieurs ne l’avaient pas attendu et il peut ainsi initier le projet « 928 » qui est déjà bien avancé . Reste à la vendre aux américains qui ont bien du mal à comprendre la logique d’une telle auto . Mais l’histoire donnera raison à Simca, car la 1100 deviendra même la voiture française la plus vendue en France. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Peugeot 104 ZS2

peugeot-104-zs2-3

Entre la Renault 5 qui s’affiche comme une concurrente plus fringuante et moderne que la Peugeot 104 au style très austère, et la Golf GTI qui truste les places d’honneurs dans le hit-parade des sportives, Peugeot ne pouvait rester impassible. Toutefois, la réponse du constructeur sochalien sera très différente de ce que l’on était en droit de s’attendre. Faisant la sourde oeille aux envies des clients potentiels pour la catégorie des GTI, c’est avant tout vers les rallymen que va se porter les attentions de Peugeot. Afin de pouvoir homologuer son moteur type XYR (156) en groupe 2, Peugeot doit produire au moins 1000 exemplaires. Pas de soucis pour Sochaux qui produira donc de janvier à mars 1979 1000 exemplaires de 104 ZS 2. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Alfa-Romeo Alfasud Sprint 1L3

alfa-romeo-alfasud-sprint-1300-5

Chez Alfa Romeo, la tradition des coupés sportifs dérivés des berlines de la marque est devenue bien établie. Les Giulietta, puis Giulia ont donné naissance à des coupés qui se sont illustrés tant par leurs performances, leurs plastiques élégantes et raffinées, mais aussi par un engagement en compétition remarqué et remarquable ! Puis avec l’Alfasud , c’est la révolution chez Alfa Romeo… Voiture conçue pour donner une autre dimension au constructeur milanais, c’est à la fois une clientèle plus populaire qui est visée, tout en sacrifiant la propulsion puisque désormais les roues avant sont motrices. « Scandale » crient les puristes, mais le succès est au rendez-vous. Véritable condensé d’innovations techniques (moteur boxer, freins accolés en sortie de pont,…) l’Alfasud va rencontrer un franc succès et développer une variante sportive dès 1974 : l’Alfasud Ti avec son moteur 1,2 litres de 68 ch. Une puissance somme toute modeste qui ne lui permet pas de faire jeu égal avec les futures stars de la catégorie GTI que sont les Golf GTI (110 ch) et Renault 5 Alpine (93 ch). L’Alfasud doit prendre du muscle et se développer encore, ce qu’Alfa Romeo avait imaginé dès le départ en réalité. En effet, à partir de juillet 1977, l’Alfasud Ti gagne 100 cm3 en adoptant le moteur de la nouvelle venue : l’Alfasud Sprint. Cette dernière est un coupé sur base d’Alfasud qui joue la carte de la sportivité, de l’élégance et de la polyvalence. Une véritable réussite pour ce coupé populaire qui va réussir à se faire une place au soleil sans rester pour autant dans l’ombre de sa grande sœur, le coupé Alfetta GTV (basé sur la berline éponyme et donc propulsion).
Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Renault 5 Alpine

renault-5-alpine-23

Renault 5 Alpine
1976-1981

Dès les années 60, en 1968 pour être plus exact, le président Pierre Dreyfus, alors président de la Régie Renault, est convaincu que le segment dévolu aux Citroën 2 CV et Renault 4 mérite d’être anobli et plus sexy. Alors que les deux autos pré-citées devaient avoir un caractère « utilitaire » premier très marqué, le président de la Régie Renault donna son accord pour le développement du « projet 122 » qui allait jeter les bases du segment de marché « B » tel que nous le connaissons aujourd’hui ( Clio, 207, C3, Polo…). En plus du caractère pratique, la future Renault 5 devra être aussi élégante et polyvalente en n’ayant pas peur d’affronter les kilomètres sur longs parcours. C’est le 28 janvier 1972 qu’est présentée la Renault 5 au grand public. Contrairement aux doutes des « spécialistes » ou prétendus comme tels, la Renault 5 va rencontrer un franc succès et s’installer durablement en tête des immatriculations en France. Malgré l’arrivée tardive (à partir de 1979) de la version 5 portes, la Renault 5 désignée comme « supercar » dans les campagnes publicitaires, elle va démoder d’un coup les Simca 1000 et Peugeot 104. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Fiat 131 Racing

fiat-131-racing-1

Fiat 131 Racing
1978 – 1981

Après avoir déployé une vaste gamme de carrosserie et de modèle avec sa Fiat 124, le géant turinois va renouveler son modèle phare en novembre 1974 avec la nouvelle Fiat 131 Mirafiori , du nom de l’usine qui la produit en Italie. Si les lignes se sont adoucies, on reste toujours dans le concept des « caisses carrées » et la recette demeure identique : moteur avant et transmission arrière. Classique, sauf sous le capot où des moteurs raffinés et pétillants donnent une âme à ces autos. Il faudra toutefois attendre 1977 pour constater une montée en puissance de la 131 avec une version Abarth limitée à 400 exemplaires pour l’homologation en rallye. Une incompréhension d’ailleurs pour les passionnés puisque la 131 Abarth va donc « châsser » la Lancia Stratos, marketing oblige. L’année suivante c’est au tour de la version 131 Racing, ou 131 Sport en Allemagne, d’être commercialisée. Les sportifs vont être servis, car en pleine période seventies, avec l’éclosion naissante des GTI et de la Golf GTI notamment dès 1975, la 131 Racing soigne son look de sportive accomplie et apporte son interprétation du sport populaire… Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Volkswagen Golf 1 GTI 1600

volkswagen-golf1-gti-1600-7

Volkswagen au cours des années 60 est confronté à un cruel dilemme : Comment remplacer la Coccinelle , ou tout au moins, comment réussir à élargir la gamme ? Toutes les tentatives n’ont jusqu’ici pas été couronnées de succès. Alors VAG va plancher sur un nouveau projet à partir de 1967 qui porte le code projet EA 337. Sous cette appellation se dessine la future Golf qui va révolutionner le constructeur allemand en passant tout… à l’avant ! Cette petite berline monocoque disposera d’un moteur transversal avant et sera une traction . Tout l’opposé d’une Coccinelle. Le bureau de design VAG et celui de Giugiaro sont en compétition et finalement c’est le designer italien qui va l’emporter. Un dessin et des proportions qui feront date et que l’on retrouvera également sur la Lancia Delta également oeuvre de Giugiaro. Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Fiat 128 Rally

autowp.ru_fiat_128_rally_1

Fiat 128 Rally
1971 – 1975

Les années 60 sont prolifiques pour le géant turinois qui voit ses modèles vendus sur tous les continents et certains sous licence (comme avec la Fiat 124). Si la Fiat 124 était l’archétype de la voiture populaire des années 60 ( propulsion , moteur avant et caisse « carrée « ), Fiat avait déjà pu expérimenter un changement complet de cap au niveau architecture technique grâce à son Autobianchi Primula. C’est l’ingénieur Diante Giacosa qui fut maître d’oeuvre sur ce projet commercialisé en 1964, et fort des enseignements et des résultats commerciaux encourageants, Fiat a décidé de reproduire la même architecture pour sa future Fiat 128. Le Dottore Giacosa est fier de son travail avec la 128 car il estime que sa dernière née représente le meilleur compromis possible entre simplicité technique, confort , efficacité et prix comme il le raconte dans Continue reading

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)