Rover 200 BRM LE

rover-200-BRM-le-7

Rover 200 BRM LE
1997 – 1998

Depuis 1995, la gamme Rover 200 tente de tirer son épingle du jeu dans un secteur très concurrencé. En haut de la gamme, la Rover 200 Vi avec son moteur de 145 ch apportait sa vision  » GTI  » dans un segment de marché qui commençait à se vider avec une barre moyenne fixée autour de 150 ch. Face à elle, le conducteur « pressé » et amoureux des GTI pouvait hésiter avec la Mégane coupé 16V, Golf 3 GTI 16V, Peugeot 306 S16, ZX 16V, 145 Quadrifoglio ou encore Civic Vti. Un beau challenge pour la Rover qui se présentait plutôt discrètement et jouait la carte du sport-chic plutôt que le côté bad boy qui sied tant aux GTI. Malgré cette variante Vi, Rover réfléchit donc à donner une véhicule à plus forte image et personnalité. Ne pouvant prétendre utiliser la marque MG comme dans le passé (Cf. encadré ci-dessous), le service marketing de Rover va donc fouiller dans les archives du groupe. Rover et BRM (British Racing Motors, Cf. Encadré) ont eut une trajectoire commune au Mans dans le milieu des années 60 avec le proto à turbine. Rover s’est donc rapproché de David Owen de la Rubery Owen Corporation qui était propriétaire de la marque BRM pour lui demander son accord d’utiliser l’illustre label pour « frapper » la calandre de la Rover 200 Vi. Sa réponse fut claire et enthousiaste : « Oui, mais faites-le intelligemment. » C’est donc au salon de Francfort de septembre 1997 que Rover dévoila sa première étude de la Rover 200 BRM LE. L’accueil fut excellent, et les passionnés de voitures de sport n’avaient semble-t-il, pas oublié le partenariat historique BRM-Rover au Mans. Un an après, au British Motor Show en octobre 98 l’auto était lancée commercialement. Le discours de Rover indiquait alors au lancement son choix d’utiliser BRM et de lancer la 200 BRM LE : « Nous avons choisi le patronyme BRM car son patrimoine et palmarès est réel. Toutes les marques premium aujourd’hui offrent un dérivé sportif de leur gamme, et nous voulons que la Rover 200 BRM LE soit reconnue comme une véritable voiture de sport. » Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

MG ZR 160

mg-zr-160-1

MG ZR 160
2001 – 2005

Depuis 2000, le constructeur britannique Rover, à l’histoire aussi tumultueuse que complexe (de British Leyland, à Honda puis à BMW) redevient « indépendant », lâché par BMW qui ne conserve que la lucrative marque Mini. Un consortium d’investisseurs britannique appelé Pheonix Fours tente donc de redonner des couleurs à un groupe en proie au doute. BMW avait refusé la renaissance du label MG en son temps, mais la tutelle périmée, Phoenix Fours décide de compléter la gamme Rover du label MG (Morris Garage) . Un retour aux sources ou presque, car déjà dans les années 80 du temps de British Leyland, les Rover sportives (Montego, Metro et Maestro) était dotées des précieuses initiales synonymes de sport à l’anglaise. Avec la Rover série 200, une variante sportive (Rover 200 Vi) avait déjà vu le jour dotée du moteur K-series 1,8i VVC de 145 ch. Histoire de lui donner plus d’exclusivité, Rover, faute de pouvoir employer le label MG réservé au roadster MG F, avait alors réalisé une série spéciale baptisée Rover 200 BRM LE . Mais depuis 2000, c’est l’Independance Day pour le groupe Rover, avec des espoirs des jours meilleurs. Premier acte, la MG ZR 160, basée sur la Rover 25 (une timide et discrète évolution de la Rover 200) vient tenter sa chance parmi le segment très relevé des compactes sportives. Acte manqué ?… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]