Renault 11 Turbo Zender

renault-11-turbo-3

Depuis la présentation de la gamme Renault 9 et Renault 11 , si le succès commercial est bien là, le design plutôt consensuel n’incite pas non plus à l’ euphorie générale. Pire encore, les versions Turbo, censées apporter du dynamisme à la gamme 9/11 n’ont pas non plus de signes extérieurs marquants de sportivité. A Billancourt, on est conscient qu’il faut donner plus de caractère à la Renault 11 Turbo , visuellement tout du moins, car pour le reste les critiques sont très bonnes sur l’auto. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault 9 Turbo

renault-9-turbo-1

Renault 9 Turbo
1984 – 1989

La Renault 9 est la première des deux formules de compactes chez Renault a avoir été présentée et commercialisée en 1982. Pourtant, c’est la Renault 11 Turbo qui aura la primeur du sport , la Renault 9 devant se contenter de sa variante GTX (avec son 1 721 cm3 moderne et ses arbres à cames en tête). En 1984, soit un an après la 11 Turbo , la 9 ne manque plus de souffle. Enfin ! Et si jamais vous aviez su rester attentifs lors de cette petite histoire, il faut tout de même ajouter que la R9 Turbo profite d’une plastique plus soignée dans les détails que la 11 Turbo avec ses plastiques noirs basiques, et surtout hérite du train arrière à quatre barres inaugurés par la Supercinq GT Turbo et la Renault 11 Turbo Zender. Vous suivez ?… Pas simple cette affaire. Pourtant, malgré toutes ces attentions soignées pour sa version tri-corps, Renault aura bien du mal à la faire sortir d’un anonymat injuste eut égard des qualités de cette micro-berline sportive au caractère entier et à l’efficacité redoutable. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Renault 11 Turbo

renault-11-turbo-3

Renault 11 Turbo
1983 – 1989

Depuis l’échec de la Renault 14, les décideurs de Billancourt sont quelque peu hésitants, essentiellement sur la direction stylistique que doit prendre le projet L42 qui aboutira à la gamme Renault 11 et Renault 9. On ne sait si la Renault 14 doit plus son échec à un design innovant à l’époque ou surtout selon nous à une communication ratée. Robert Opron, transfuge de chez Citroën en 1977 a toutefois les coudées un peu plus franches par une organisation interne remaniée. Ainsi, il peut mettre en concurrence ses propres designers avec des designers indépendants. Il ne faut pas perdre de vue que dans les recherches de style, un des axes stratégiques majeurs était de prendre le leadership des ventes en Europe occidentale et de disputer cette place à la Volkswagen Golf. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]