Nissan Cherry Turbo N12

nissan-cherry-turbo-n12-2

Depuis 1970, d’abord sous la marque Datsun en Europe, puis sous la marque Nissan au gré des stratégies des marques du constructeur Nissan, la Cherry vient jouer des coudes dans la catégorie des compactes (Golf , Escort, Kadett ). En 1982, la 4ème génération type N12 est ainsi commercialisée avec des lignes plus tendues. Et comme toutes les compactes des années 80, une version sportive n’est pas oubliée dans le catalogue du constructeur japonais. Ainsi, en décembre 1983, la Société Richard, alors importateur Nissan en France basé au Chesnay dans les Yvelines, est fière de nous annoncer la commercialisation de la nouvelle Nissan Cherry Turbo (N12). Avec son moteur 1,5 litres gavé par un turbocompresseur, la Cherry Turbo (N12) développe 114 ch pour un poids de 885 kg. Des valeurs dans le ton de la catégorie, mais est-ce suffisant pour se faire une place au soleil dans la catégorie GTI alors si relevée et si renommée ?… Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]

Nissan Sunny GTI N14

nissan-sunny-gti-n14-2

Nissan Sunny GTI N14
1990 – 1994

Les constructeurs japonais avaient alors le vent en poupe dans les années 90. Les années 80 avaient vu leur montée en puissance internationale avec des produits cohérents et rationnels mais pas toujours exempts de reproches (comportement dynamique, caractère) pour les clients de l’ancien continent. Mais loin d’être découragés, ils ont poursuivi avec succès leur politique de déploiement, d’autant plus que les marchés intérieurs commençaient lentement leur ouverture aux modèles japonais, à fortiori lorsqu’ils étaient produits à l’intérieur de l’Union Européenne. Nissan a notamment démarré la production de certaines de ses gammes en Angleterre afin de contourner les quotas. Mais au-delà des règlementation, chez Nissan après la très réussie berline Primera, c’est au tour de la Sunny (aussi appelée Pulsar sur certains marchés Cf. encadré « La voiture internationale ? ») d’être renouvellée en janvier 1990. Exit les formes taillées au couteau, les rondeurs arrivent, de même des cotes en hausse. Pour les sportifs, la GTI est toujours au programme en recevant le moteur de la Primera GT mais dégonflé à 143 ch (contre 150). Une vraie montée en puissance qui marquait alors les ambitions de Nissan pour sa compacte à succès… La tentative était lancée pour aller chasser sur les terres de la Golf GTI, la 205 GTI ou encore la Clio 16S. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
VN:F [1.9.22_1171]